L'éléphant

Comme un éléphant son ivoire,
J’ai en bouche un bien précieux.
Pourpre mort !.. J’achète ma gloire
Au prix des mots mélodieux.

              Guillaume Apollinaire

                        (Le Bestiaire, ou Cortège d’Orphée, 1911)

Eléphante et son petit (grande boîte rectangulaire en pin)

Coffret "Eléphante et son petit"

Coffret "Eléphante et son petit"

 Quelques extraits du billet d'humeur d'Yves Paccalet L'éléphant n'est pas immortel, qui m'ont marqué. A lire dans la revue La protection des animaux (SPA de Lyon, octobre 2018)

"L'éléphant fait partie de ceux que nous appelons le plus volontiers nos « frères vivants ». Mais pour combien de temps ? Si nous ne parvenons pas à le protéger, lui, le symbole de la splendeur de la planète et des inventions de la vie, alors je crains que nous ne réussissions pas à préserver beaucoup d'espèces sur le globe. Peut-être pas même la nôtre ! "

"L'éléphant était le roi de la jungle. Il n'en incarne plus que le prince menacé : son intelligence, sa mémoire, son langage composé d'infrasons complexes, ses sociétés organisées sur le mode matriarcale, le soin qu'il porte à ses malades, le chagrin qu'il éprouve devant ses morts, et pourquoi pas aussi son goût pour les fruits fermentés et les soirées arrosées qu'il s'autorise de temps à autre, auraient dû nous le rendre encore plus cher - et nous pousser à le sauver."

 

Girafe & éléphants (petit meuble 3 tiroirs en pin)

 

Meuble 3 tiroirs "Girafe & éléphants"

Meuble 3 tiroirs "Girafe & éléphants"

Meuble 3 tiroirs "Girafe & éléphants"

"Le colosse des animaux terrestres ne se contente pas d'un bout de jardin pour barrir. Outre la balle du fusil, la réduction dramatique de ses biotopes naturels, et l'interdiction qu'on lui fait partout d'accomplir ses migrations immémoriales, finiront vite par l'achever ...90 % de leur population a été anéantie."

 

"Si nous anéantissons ces créatures irremplaçables, si nous coupons les vaisseaux nourriciers du monde, alors le combat que certains d'entre nous mènent pour la fraternité des plantes, des animaux et des hommes sera perdu. Et notre orgueilleuse et imprévoyante espèce avec. Nos enfants ne méritent pas ce désastre."

 

                                                                         Yves Paccalet

                                                                   (philosophe, écrivain, journaliste et naturaliste)